Le Blog des idées et des projets propulsé par www.vozidees.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fiches pratiques pour les porteurs

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 4 avril 2013

Vous avez des questions concernant la création d'entreprise ?

Si vous avez des questions ou des thèmes qui vous intéressent plus particulièrement dans le domaine de la création d'entreprise, c'est le moment de vous manifester.

Participez au brainstorming lancé par DécideursTV en proposant un sujet pour leur émission live.

Si l'équipe éditoriale sélectionne votre proposition, une émission live sera réalisée et vous aurez alors toutes les réponses à vos questions.

Pour participer au brainstorming, c'est par ici.

lundi 22 octobre 2012

Inventeurs, inventions et propriété industrielle

Inventeurs, inventions et propriété industrielle

Inventeurs, inventions et propriété industrielle

C'est avec grand plaisir que nous vous dévoilons cet article rédigé par un inventeur pour le blog de Vozidees.com afin d'aider toujours plus de porteurs d'idées et de projets.

Quelles sont les étapes entre l’idée et la production d’une invention ?


Il y a 3 étapes et ces 3 étapes sont toutes importantes pour permettre de transformer une idée en innovation :

1)    L’idée : C’est la première étape, le moment où on a une idée et ce qu’il faut faire :

a)    Déposer une enveloppe Soleau à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) ou/et par un dépôt de Copyright en ligne. Cela ne protège en rien mais c’est une preuve qu’à la date du dépôt, on a eu cette idée.

b)    Réalisation d’un « monstre », c’est un prototype de validation personnel, fait avec les moyens du bord, pour permettre de valider que techniquement, cela est possible. Parfois à cette étape on trouve des améliorations de son idée et cela arrive qu’on doive refaire d’autres « monstres ».

c)    Recherche d'antériorité personnelle est un élément important pour 2 raisons :

•    voir si personne avant vous a déposé un brevet d’invention
•    avoir des modèles de rédaction de brevet.
Ce type de recherche peut se faire en ligne, sur le site de l’INPI et c’est gratuit. Il y a un élément important, c’est au niveau des mots clés, il faut aussi utiliser les synonymes et la même chose, pour les brevets étrangers.

2)    L’invention : C’est une étape importante pour un créateur qui a eu une idée, c’est à ce moment-là qu’il va devenir un inventeur, car juridiquement, pour être un inventeur, il lui faut un titre de propriété industrielle. Voici ce qu’il faut faire :

a)    Rédiger son brevet et réaliser des croquis, on peut le faire soi-même, mais si on veut être crédible devant des partenaires, il vaut mieux le faire réaliser par un cabinet en propriété industrielle.

b)    Faire un prototype de démonstration, cela peut être fait physiquement par prototypage rapide, ou virtuellement par prototypage virtuelle (3D…).

3)    L’innovation: c’est la dernière étape mais c’est souvent la commercialisation qui est la plus complexe pour un inventeur et voici ce qu’il faut faire :

a)    Le business plan, souvent rejeté par l’inventeur qui trouve cela théorique et même stupide, mais qui est pourtant un élément très important car cela permet d’analyser sous plusieurs scénarios et de trouver le bon équilibre entre le gain et l’énergie que cela va prendre à développer. Cela permet d’avoir une bonne base, la bonne direction à prendre pour développer son invention.

b)    Recherche de partenaires, de financements, etc.

Quels sont les conseils que tu donnes aux inventeurs qui souhaitent se lancer dans la longue et périlleuse aventure ?


D’être réaliste, vu le nombre de brevets déposés par an et vu le nombre d’innovations qu’il y a sur le marché, il y a très peu d’inventions innovantes qui peuvent être trouvées.

Un autre élément important, avoir la passion car souvent il y a plus de résultats négatifs que positifs et il faut vraiment croire en son projet pour tenir le coup moralement.

Avoir une très bonne idée ne veut pas dire qu’elle soit développée, une invention trop en avance dans son temps par rapport au marché ou dont le coût de production est trop élevé, etc. peut être un échec.

Aussi, une personne qui a une forte personnalité peut faire peur à ces partenaires, faites très attention à cela.

Pendant le parcourt, un échec, cela ne veut pas dire que c’est fini, bien au contraire, cela permet d’avoir des éléments et à partir de là, faire des améliorations de son invention pour permettre de le rendre compatible avec la réalité du marché.

Avoir la patience car en moyenne pour développer une invention il faut 5 ans et cela prend nonb seulement du temps mais aussi de l’argent. Cela ne sert à rien de sauter les étapes, bien au contraire, cela augmente les échecs.

Ne pas être trop gourmand, souvent l’inventeur imagine qu’il va pouvoir gagner beaucoup d’argent mais dans la réalité, ce n’est pas la même chose…
Lorsqu’on voit dans les médias, les ventes de brevets, d’une multinationale à une autre, ce n’est pas la même chose pour un inventeur. Souvent, le prix d’une licence d’exploitation d’un brevet, permet de rembourser ses frais et de toucher entre 5 à 7 % de royalties, sur le prix sortie usine et non pas sur le prix de vente.

Comment faut-il protéger son invention (propriété industrielle) ?


Il y a deux directions, tout dépend des moyens financiers de l’inventeur:

1)    Au stade de l’idée, par une enveloppe Soleau/Copyright, avec un rapport de recherche d'antériorité personnelle (pour permettre de prouver que l’idée est nouvelle), on peut faire des démarches au secret, ne pas divulguer son idée publiquement, que par signature d’un accord de confidentialité, qui permettra de prouver qu’à la date de la signature, on a divulgué l’idée. Cela permet de trouver des partenaires industriels ou financiers pour le financement du brevet d’invention.

2)    Au stade de l’invention, déposer une demande de brevet national à l’INPI, je conseille de le faire réaliser par un cabinet en propriété industrielle, le meilleur moyen d’en trouver des sérieux, c’est par l’annuaire de la CNCPI (Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle) et de ne pas avoir peur de faire plusieurs devis, par plusieurs cabinets pour faire jouer la concurrence.

Un autre élément important, il vaut mieux avoir un bon brevet national, qu’un mauvais brevet européen et être réaliste, un inventeur n’aura jamais les moyens financiers pour déposer une demande de brevet européen, sachant que tous les ans, il aura à payer les annuités du brevet et que chaque année elles augmentent. Beaucoup d’inventeurs novices rentrent dans ce piège et qu’ensuite, par manque de moyens financiers,  ils ne payent pas une annuité du brevet…  leur brevet tombe alors dans le domaine public. On ne peut pas faire marche arrière, garder le brevet national. C’est pour cela que je conseille pour un inventeur de déposer que le brevet national.

Que faut-il savoir pour être inventeur ?

Il y a deux catégories d’inventeurs :
L’inventeur amateur, qui est le plus populaire, souvent des personnes à la retraite, qui développent cela comme activité de loisir.
L’inventeur indépendant, le professionnel.
Le professionnel doit avoir ou doit acquérir les compétences de bases suivantes :
- Propriété industrielle
- Technologie de prototypage rapide et virtuelle
- Droit d’affaire international
- Technologie industrielle dans le secteur de son invention
- Connaître le marché de son invention
- Le marketing de base
- La gestion de base
- Comprendre un business plan
- La communication dans le monde professionnel et médiatique
- La réglementation du secteur de son invention, les normes, etc.
Il faut qu’il ait ces minimums, on peut aussi ajouter des modules, selon le chemin du développement, par exemple, création d’entreprise, gestion d’entreprise, etc.

Cet article a été réalisé avec l'aimable participation de Peter TEMEY qui est tombé dedans lorsqu'il était petit grâce à son père René TEMEY qui était également inventeur.

Peter est le président de l'association "Club Invention - Europe". Fondée par René TEMEY (1947 - 2009), il anime un site Internet communautaire spécialisé que vous pouvez consulter à l'adresse suivante: www.invention-europe.com, il organise également le salon « Salon Invention – Europe » de Saint-Mandé, qui aura lieu du 26 au 29 mars 2013.

mercredi 10 octobre 2012

5 conseils pratiques pour présenter votre projet, bien communiquer (Vidéo)

Dans la vidéo suivante (en anglais), voici 5 points très intéressants à savoir lorsque vous souhaitez communiquer pour présenter un projet.

Stratégie de com

Une ligne de conduite vers le développement de votre activité ?

Stratégie commerciale et stratégie marketing
Définir une stratégie commerciale est selon les avis : Chronophage ? Peu objective ? Peu adaptée à des petites structures (Auto entrepreneurs, TPE, PME) en phase de lancement ?
Selon une étude réalisée par un cabinet de conseil, seules 30% des jeunes entreprises interrogées déclarent avoir défini une stratégie commerciale et seulement la moitié d’entre elles l’avoir déclinée en plan d’action. Et pourtant, la stratégie commerciale est aujourd’hui un élément indispensable à la réussite d’une entreprise à moyen/long terme.
Celle-ci doit permettre de répondre aux questions suivantes : Qu’est-ce que je veux vendre ? Combien je veux en vendre ? En combien de temps je veux/dois vendre ? A qui vais-je vendre ? Comment vais-je vendre ?
Autant de réponses qui semblent au premier abord  évidentes mais qui nécessite dans les faits une véritable réflexion de la part de tout nouveau chef d’entreprise souhaitant dynamiser et  pérenniser au plus vite l’activité de sa jeune entreprise.
Il vous faudra dans un premier temps vous inspirer de la méthode SWOT (Forces-Faiblesses-Opportunités-Menaces) pour bien maitriser l’environnement et le marché sur lequel vous allez tenter de vous imposer.

L’Analyse

Il s’agit ici de bien lister l’ensemble des facteurs susceptibles d’interagir de manière positive ou négative sur le développement de votre activité et d’évaluer les performances de votre activité face à ces derniers.

A.    L’analyse externe mettra en évidence les Opportunités et les Menaces

1.    Le macro environnement (PESTEL) :

- Politique
- Economique
- Sociodémographique
- Technologique
- Environnemental
- Légal

2.    Le micro environnement : Marché de référence + Les 5 forces de M.Porter :

- Analyse du marché : évolution, structure, tendances
- L’intensité concurrentielle : nombre de concurrents directs/indirects, caractéristiques des offres, stratégie marketing et commerciale…
- Les produits/services de substitution
- Les nouveaux entrants potentiels
- Les fournisseurs : nombre, pouvoir de négociation…
- La demande :
   - Distributeurs : nombre, pouvoir de négociation…
   - Clients finaux : degrés de satisfaction quant aux offres déjà présentes, comportements d’achat, attentes…
Au terme de cette première analyse, il vous faudra identifier quels sont les facteurs clés de succès (FCS) de ce marché, que vous vous devez impérativement de maitriser pour ainsi vous imposer comme il se doit.

B.    L’analyse interne doit vous permettre d’identifier vos Forces et vos Faiblesses

Après avoir bien étudié votre marché de référence et identifier les points clés devant impérativement être maitrisés, il vous faut bâtir votre stratégie marketing interne ou corriger les défauts de celle déjà en vigueur.

1.    Vos performances :

- Financières
- Logistiques
- Production
- Ressources Humaines


2.    Vos clients

- Type de clients
- Fidélité
- Satisfaction
- Fréquence, Récurrence, Montant des achats
- …

3.    Votre marketing mix (4 ou 7Ps) :

- Product : la politique de produit (choix de la gamme de produits: profondeur de gamme, largeur de gamme, etc..), notoriété, image de marque
- Price : la politique de prix (ex: écrémage, pénétration, prix d'acceptabilité, rentabilité etc..)
- Place : la politique de distribution (choix du réseau et des canaux de distribution, force de vente, etc..).
- Promotion : la politique de communication (choix du type publicité, promotion, marketing direct, relations publiques)
- Process : caractérisé par l'interaction avec le client (ex: accueil, conseil, horaires d'ouverture etc).
- People : personnel en contact direct avec le client (ex: présentation, formation, etc).
- Physical support  (support physique) : composantes matérielles du magasin (ex: vitrine, organisation des rayons etc), du service (ex: Rapport Annuel pour un expert-comptable)
Une fois votre activité passée au crible, vous êtes capables de déterminer quels facteurs clés de succès sont maitrisés et lesquels ne le sont pas. Il est donc temps de définir votre nouvelle stratégie marketing.

La stratégie

1.    Définir des objectifs :

1.    Réalistes en fonctions des données du marché et des moyens à votre disposition
2.    Spécifiques par produit, par activité, etc.
3.    Quantifiables, il faut être en capacité de les chiffrer lors du bilan, et de maintenir un suivi régulier
4.    Défini dans le temps  à une date d'échéance ferme
5.    Gratifiant et gratifiés : la réalisation de l'objectif doit entraîner une fierté de la part des participants à leurs mis en œuvre

2.    Segmenter et cibler :

Il s’agit ici de regrouper les consommateurs en sous-ensembles homogènes selon différents critères (géographique, démographique, psycho graphique, culturel…) et ainsi d’identifier quels segments sont viables, accessibles et potentiellement attirés vers les avantages concurrentiels de vos offres.

3.    Se positionner :

Le positionnement doit permettre à votre cible de se reconnaitre dans votre offre, en différenciant cette dernière de celles de vos concurrents. Un bon positionnement est notamment primordial lorsque votre marché de référence est concurrentiel.

4.    Définir les éléments du Mix (4 ou 7Ps)

Il est impératif que les 4 (ou 7) éléments précédemment cités soient en adéquation avec  votre cible de clientèle, ses attentes ainsi que le positionnement que vous souhaitez adopter.

La stratégie

Une fois votre stratégie globale définit, il est temps de s’intéresser à la mise en œuvre de cette dernière et ce à travers la réalisation de vos objectifs.
Pour ce faire, votre démarche va consister à définir les moyens et les ressources qu’il va vous falloir employer pour atteindre votre but à court, moyen et long terme. Puis transcrire cette réflexion sur papier de manière à ce que cette dernière serve de véritable fil conducteur à l’ensemble de vos collaborateurs, si bien que celle-ci puisse évoluer au fil du temps.

Les moyens :

Par moyens, il faut prendre en considération l'ensemble des ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs définis.
Dans les faits, cette stratégie doit veiller à prendre en compte l’ensemble des plans suivants : financier, production, fournisseurs, logistique, recherche et développement, marketing, produits, prix, communication, et, surtout ne pas oublier les moyens humains (organigramme, compétences, formation, etc.).

Le plan d’action :

Sur la base des réflexions menées en amont, l’idée est, dès lors, de décliner la stratégie commerciale en un plan d’action détaillé qui doit vous permettre de comprendre et de faire comprendre ce que les ressources de chacune des actions à mener vont nécessiter en terme de coût, de temps, et d’évaluer le potentiel de retour sur investissement (RSI).

Les principaux plans d'actions porteront  sur :

1.    Les actions marketing direct: les opérations de prospection téléphonique, de vente par téléphone
2.    Les opérations terrain : les actions de prospection, le suivi des devis, le suivi de la clientèle existante et de sa fidélisation.
3.    Les outils de vente : les documents publicitaires et plaquettes de communication (institutionnelle, produits, promotionnelle), les argumentaires de vente, la PLV…
4.    La Gestion de l’information commerciale et de la relation client (GIC et GRC): l'organisation interne, les outils et procédures de suivi du processus commercial.
5.    La communication : les axes et les actions de communication à développer pour soutenir les efforts de vente, la publicité et ses différentes formes
6.    Le management de la force de vente (si vous en possédez une) : système de suivi commercial par secteurs, par vendeur, système de reporting des vendeurs et d'analyse des résultats.

À noter que la quasi-totalité des actions décrites précédemment peuvent faire l’objet d’une délégation ponctuelle ou récurrentes auprès de consultants ou d’entreprises expertes de ces différents domaines (ex : agence de marketing/communication, agent commerciaux, sociétés spécialisées dans l’externalisation des fonctions commerciales :plateforme de télémarketing, force de ventes externes et supplétives) et ce même en phase de lancement puisque de plus en plus de professionnels de la vente ou du marketing recentrent leurs offres sur les TPE/PME. L’avantage premier de l’externalisation est bien entendu la flexibilité et la gestion optimisée des charges fixes de l’entreprise.

Les opérations citées précédemment  sont donc détaillées et planifiées en terme :
- d'actions ;
- de coûts ;
- de timing ;
- de moyens humains ;
- de retour sur investissement.

Pour conclure sur  ce sujet, une stratégie commerciale est donc la résultante d’une analyse poussée se basant dans un premier temps sur l’environnement au sens large de l’entreprise. Elle s’affine progressivement pour aboutir à terme sur un plan d’action commercial. Ces deux éléments stratégiques, ne pouvant tenir compte des évolutions du marché,  ne peuvent toutefois pas rester figés à long terme.
 

Article réalisé par Arnaud JUNG pour le Blog de Vozidees.com                                                                                  
Responsable développement commercial/marketing
Société YggOne – outsourcing des fonctions commerciales et marketing
www.yggone.fr

lundi 1 octobre 2012

Les 10 clés pour entreprendre.

Voici une très bonne animation réalisée par la CCI de la Drome a destination des créateurs d'entreprises pour définir les 10 clés pour entreprendre.

Cliquez ici pour voir l'animation.

mardi 25 septembre 2012

Fiche pratique N°1: Conseils pour créer son site Internet

Conseils pour créer son site Internet

Fiche pratique N°1

Conseils pour créer son site Internet

Vozidees.com: Quels conseils peux-tu donner à un créateur d'entreprise pour créer son site Internet ? Vitrine ou e-commerce...

Fabrice FETSCH - Société Uni-deal: Il y a beaucoup à dire pour répondre à ce genre de question, tout dépend du cas : S’agit-t-il d’un site vitrine, commercial ou événementiel. S’agit-il d’un premier site, d’une refonte ?

Cependant il y a quelques règles de bases à connaitre et à respecter pour bien se lancer. Certaines peuvent paraitre communes et entendues, mais l’expérience montre que bien souvent elles sont prises à la légère et leur oubli engendrera un jour ou l’autre une problématique importante. Alors autant éviter les pièges avec nos 10 principes de base :

1. Prenez votre nom de domaine, vous même !

Ce point est souvent négligé car jugé annexe, mais faites la démarche et achetez vous-même votre nom de domaine (et les extensions/noms connexes pour éviter le squatting). Un prestataire peut s'en occuper pour vous mais dans ce cas insistez car vous devez impérativement être propriétaire de votre nom de domaine.  Ceci évitera toute bataille administrative par la suite. Un bon reflexe est également de noter dans votre agenda les dates de renouvellements futures du nom de domaine, pour éviter le risque de le perdre dans un an ou deux. Certains registrars (bureaux d'enregistrement de noms de domaines) vous proposent d'automatiser ce renouvellement. Faites-le !

2. Faites simple !

Ne pensez pas tout de suite à toutes les fonctionnalités possibles sur votre site. Au final vous risquez de vous retrouver avec un objet trop complexe pour vos visiteurs. Faites simple pour débuter. Répondez à : Quelle est ma cible principale ? Quel est l’objectif premier de mon site ? Vous trouverez alors votre angle d'attaque. N’élaborez pas non plus une charte graphique trop lourde et indigeste. Pensez à la mobilité, comment vas s'afficher mon site sur le téléphone de mes clients ? Pensez au temps qu'il vous faudra, aux ressources à engager, si vous décidez de publier du contenu régulièrement (information / blog). Il n'y a rien de pire qu'un site qui se veut informatif, peu réactif, pas à jour, et qui distille des nouvelles de l'année dernière en page d'accueil.

3. Rédigez vous-même le contenu initial !

En suivant les conseils de votre prestataire ou en visitant d'autres sites, rédigez vous même le contenu de vos rêves. Il est nécessaire qu'il soit simple et facilement assimilable par tout à chacun. Si vous le pouvez respectez la règle suivante pour vos pages principales : 1 page doit contenir de 1 à 3 messages au maximum ,1 ou 2 illustrations utiles et l’ensemble doit passer sous la barre des 30 secondes de temps de lecture. Sur des pages plus approfondies, non accessibles directement vous pouvez détailler plus en avant.

4. Comment va-t-on vous trouver ?

Référencement, publicité, campagne google, n’ont aucun sens si vous ne vous interrogez pas sur les mots-clefs qui vont servir à identifier votre site, votre produit, votre identité. Choisissez vos 10 mot-clefs les plus importants, rédiger du contenu les comportant, utiliser les en titre de page, en lien et en menu. Structurez votre site autour de leur expression. Vous serez alors bien parez pour un référencement naturel correct.

5. Ce n'est pas une plaquette commerciale !


Votre site n'est pas la copie de votre plaquette commerciale papier. Le visiteur attend de l'interactivité et des réponses directes, du contenu intéressant à ses yeux, pas l’historique de votre société depuis 1980, du moins pas dans un premier temps. Ne scannez pas vos photos, ou votre logo pour les diffuser le sur le site. Refaites les prises de vues, refaite votre logo (vectoriel). Votre expression web mérite ces efforts et de belles photos participent pour beaucoup à un beau site.

6. Ce n'est que le début !

Le premier site, vitrine, ou e-commerce ne sera pas parfait, même s'il est très bien réalisé. Il répondra à vos attentes et à celles de vos clients, mais il va devoir, tout comme votre activité, évoluer dans le temps. Des le début pensez évolutif, optez pour des gestionnaires de contenus (CMS) ou boutiques éprouvées. Evitez autant que faire se peut les systèmes propriétaires maintenus par une poignée de personnes qui peuvent vous lâcher du jour au lendemain.

7. Assurez-vous d'avoir accès à tout.

Vous devez être en mesure par vous même de récupérer une sauvegarde complète de votre site. De pouvoir modifier les contenus principaux, les images, les prix sans aucune intervention extérieure. Votre indépendance, la maîtrise de vos coûts et votre communication est à ce prix. Même si cela nécessite une petite formation, nous ne saurions trop vous encourager à la suivre.

8. Faites connaître votre site autour de vous.


Commencez par utiliser des mails genre : prenom.nom@monsite.com. Utilisez le nom de votre site dans votre signature de mail. Refaites vos cartes de visites, vos plaquettes en mettant en avant votre présence sur le net. Un compte facebook, twitter et google+ dédié peuvent être une bonne option uniquement si vous les alimentés régulièrement. Vous pouvez aussi le déclarer dans des annuaires spécialisés. Si votre prestataire à bien fait son œuvre le site sera facilement indexé par google et consorts et les mots-clés choisis devraient avoir leur impact.

9. Disséquer vos visiteurs !
Bien sur vous installerez un compteur de visites et autre système de statiqtiques, peut-être même comportemental. Mais attachez vous aussi aux différents mots-clés qui ont été entrés pour trouver votre site, et de quel origine (page web, mail, réseau social) viennent vos visiteurs. Notez également les pages d’entrées et les plus visitées. Et demandez-vous pourquoi ? Ces informations sont cruciales, pour modifier/récrire du contenu sur votre site et coller encore plus à la demande de vos visiteurs.


10. Vous n’êtes pas seul sur le web !
Un petit check des sites de vos principaux concurrents, une fois par semaine n’est pas chronophage et vous permettra de réagir rapidement. Si votre site connaît du succès pensez à prendre le pouls de vos visiteurs avec un formulaire de satisfaction/amélioration, donnant accès à un petit cadeau il n’en saura que plus efficace.

Merci à Fabrice FETSCH de la société Uni Deal que vous pouvez contacter à l'adresse suivante pour avoir plus d'informations:

Uni-Deal

8 place de la liberté

67800 Hoenheim

Email: contact@uni-deal.com

Tel: 0 367 100 875

Les fiches pratiques Vozidees.com

Dans le but d'aider les porteurs d'idées et de projets, l'équipe de Vozidees.com va vous proposer toute une série de fiches conseils.

Ces fiches seront toutes déclinées sous la forme de conseils donnés par des experts répondant à une question précise.

Les sujets traités seront aussi variés que possible afin d'aider le plus grand nombre de porteurs d'idées et de projets.

Une à deux fois par mois vous pourrez découvrir des nouvelles fiches conseils sur notre blog.